Jane Austen is back

Hi everyone,

jane austen raisons sentiments

Un bon moment après la lecture d’Orgueil et préjugés dans la même jolie collection (Archipoche, Bibliothèque du collectionneur), je me suis penchée sur Raison et sentiments. En regardant la chronologie, Jane Austen a d’abord écrit Orgueil et préjugés, juste avant ce dernier. Je l’aurais fait anti chronologiquement; pas grave.

Le résumé:

« A la mort de Mr Dashwood, son épouse et leurs trois filles, Elinor, Marianne et Margaret, sont contraintes de réduire drastiquement leur train de vie et de quitter leur superbe propriété pour s’exiler à la campagne. En effet , c’est le fils d’un premier mariage de feu Mr Dashwood et sa belle-fille qui doivent en hériter.

Les soeurs Dashwood et leur mère s’installent dans un cottage du Devonshire, gracieusement mis à leur disposition par un lointain cousin.

Les deux héroïnes de ce roman sont les deux aînées Elinor et Marianne dont nous suivons les péripéties amoureuses. »

On pourrait identifier l’aînée des sœurs, Elinor, pour la « raison » et « sentiments » pour Marianne. Les intrigues du roman sont d’ailleurs exclusivement tournées vers ce qui leur arrive.

Après avoir lu Orgueil et préjugés, j’ai lu celui-ci avec une impression de réchauffé. Le même décor, les mêmes personnages: une mère et ses filles, dans une bourgeoisie anglaise (parfois simple d’esprit), des hommes effacés et peu admirables, sans oublier une obsession pour le mariage.

Dans la première moitié du livre, certaines discussions entre un personnage et l’une des deux sœurs mises en avant, n’amenaient rien à l’histoire. Si elles étaient vécues fatigantes pour  ces dernières, j’ai ressenti la même chose !

J’ai trouvé que le récit n’avançait pas, car il m’a fallu atteindre un bon tiers pour que les « vraies » aventures commencent. C’est vraiment dans le dernier tiers que les choses ont commencé à être « croustillantes » et que j’ai bien apprécié: les personnages ont eu/ fait des choses vraiment « too much » qu’à l’accoutumée, d’autres situations sont survenues comme un cheveux sur la soupe, absurdes et amusantes.

Une lecture toutefois agréable, le style d’écriture incluant des phrases assez longues, le vocabulaire qui correspond à une autre époque, m’a apporté un peu de bon changement. Dans le rapport qualité/ quantité de pages, je reste un peu sur ma faim. Je m’arrêterai ici, pour le moment, dans mes lectures de Jane Austen.

Avez-vous vu le(s) film(s) tiré(s) du livre ?

Quelques citations:

« L’entretien cependant se soutint assez bien, grâce au babil non interrompu de sir John et au soin que Lady Middleton avait eu d’amener son fils aîné […], qui dans ce pareil cas, est un sujet inépuisable lorsqu’on n’en a pas d’autres à traiter. On s’informe de son âge, […] on admire sa beauté; on le trouve grand ou petit pour son âge; on lui fait des questions auxquelles sa mère répond pour lui […]. »

« On peut jouir du mal qu’on m’a fait tant qu’on voudra, sans l’augmenter ni l’affaiblir. Je n’ai plus aucun sentiment de fierté; je n’ai, je ne puis avoir que celui de mon malheur. »

« Elinor, […] qui devait avoir l’air de ne rien savoir, avait un rôle bien plus difficile. Mais autant pour lui que pour elle, elle désirait si vivement avoir un maintien naturel que, passé le premier moment, elle put le saluer d’une manière aisée et presque comme à l’ordinaire. »

Lu dans le cadre du Challenge classique.

http://www.milleetunefrasques.fr/challenge-classiques-2014-la-page/

Publicités

Butin de février

Bonjour à tous,

Voici le résultat de mon dernier passage à la caisse niveau librairie !

Il sera placé sous le signe du voyage, puisque tous les livres se passent dans de plus ou moins lointaines contrées.

haul fevrier

  • Raison et sentiments de Jane Austen (Archipoche, collection Bibliothèque du collectionneur)

On m’avait offert Orgueil et préjugés dans cette même collection, alors quand je suis tombée sur ce titre que j’avais aussi envie de lire, aussi beau que le premier, j’ai dit banco. J’aime particulièrement le fil rouge marque-pages. Seul petit bémol, la taille de l’écriture à l’intérieur est un peu petite, mais rien de bien méchant. Quand on est habitué aux poches pas hyper sexy, ça change.

jane austen raisons sentiments

 

  • Contes russes, traduits du russe par Luda et Ivan Bibline pour l’illustration (éditions Seuil Jeunesse)

Mon achat coup de cœur. (Même pas peur d’aller au rayon enfants ! « – C’est pour offrir ? – Non. ») Un très beau recueil de contes russes, avec de beaux dessins pas « nian nian » ni mal faits par l’ordinateur… Ce pays m’attire, et je suis impatience d’en découvrir davantage à travers ces contes !

contes russes interieur

On ne le voit pas bien sur la photo, mais l’illustration du contour des pages est doré-vieilli…

 

  • Voyage à la mer polaire de Goerge S. Nares (éditions Transboreal, collection Voyage en poche) 600 pages.

https://i1.wp.com/www.astrosurf.com/luxorion/Sciences/groenland-glacons-icebergs.jpg

Départ: Portsmouth, arrivée: océan Glacial. Objectif: gagner l’océan Glacial Arctique avant le début de l’automne 1875, pour hiverner au milieu des glaces, puis atteindre le pôle Nord, à traîneau sur la banquise.

 

  • La Vie en Nord, Douze ans sur la piste des trappeurs, de Nicolas Vannier (Pocket)

Continuons les aventures vers l’Arctique avec ce roman, plus contemporain. « L’histoire d’une passion, au cœur du Grand Nord » nous dit le résumé.

 

  • Le grizzly, de James Oliver Curwood (France Loisirs) 189 pages.

https://i0.wp.com/www.animalfactguide.com/wp-content/uploads/2013/01/grizzly1.jpg

Un charmant roman « young adult » d’occasion que m’a conseillée la libraire quand je lui ai parlé d’ours… L’auteur est apparemment connu pour ses récits. Toujours dans les mêmes coins, mais avec une grosse bête en personnage principal 🙂

 

Et vous, quoi de neuf au programme ?