Jane Austen is back

Hi everyone,

jane austen raisons sentiments

Un bon moment après la lecture d’Orgueil et préjugés dans la même jolie collection (Archipoche, Bibliothèque du collectionneur), je me suis penchée sur Raison et sentiments. En regardant la chronologie, Jane Austen a d’abord écrit Orgueil et préjugés, juste avant ce dernier. Je l’aurais fait anti chronologiquement; pas grave.

Le résumé:

« A la mort de Mr Dashwood, son épouse et leurs trois filles, Elinor, Marianne et Margaret, sont contraintes de réduire drastiquement leur train de vie et de quitter leur superbe propriété pour s’exiler à la campagne. En effet , c’est le fils d’un premier mariage de feu Mr Dashwood et sa belle-fille qui doivent en hériter.

Les soeurs Dashwood et leur mère s’installent dans un cottage du Devonshire, gracieusement mis à leur disposition par un lointain cousin.

Les deux héroïnes de ce roman sont les deux aînées Elinor et Marianne dont nous suivons les péripéties amoureuses. »

On pourrait identifier l’aînée des sœurs, Elinor, pour la « raison » et « sentiments » pour Marianne. Les intrigues du roman sont d’ailleurs exclusivement tournées vers ce qui leur arrive.

Après avoir lu Orgueil et préjugés, j’ai lu celui-ci avec une impression de réchauffé. Le même décor, les mêmes personnages: une mère et ses filles, dans une bourgeoisie anglaise (parfois simple d’esprit), des hommes effacés et peu admirables, sans oublier une obsession pour le mariage.

Dans la première moitié du livre, certaines discussions entre un personnage et l’une des deux sœurs mises en avant, n’amenaient rien à l’histoire. Si elles étaient vécues fatigantes pour  ces dernières, j’ai ressenti la même chose !

J’ai trouvé que le récit n’avançait pas, car il m’a fallu atteindre un bon tiers pour que les « vraies » aventures commencent. C’est vraiment dans le dernier tiers que les choses ont commencé à être « croustillantes » et que j’ai bien apprécié: les personnages ont eu/ fait des choses vraiment « too much » qu’à l’accoutumée, d’autres situations sont survenues comme un cheveux sur la soupe, absurdes et amusantes.

Une lecture toutefois agréable, le style d’écriture incluant des phrases assez longues, le vocabulaire qui correspond à une autre époque, m’a apporté un peu de bon changement. Dans le rapport qualité/ quantité de pages, je reste un peu sur ma faim. Je m’arrêterai ici, pour le moment, dans mes lectures de Jane Austen.

Avez-vous vu le(s) film(s) tiré(s) du livre ?

Quelques citations:

« L’entretien cependant se soutint assez bien, grâce au babil non interrompu de sir John et au soin que Lady Middleton avait eu d’amener son fils aîné […], qui dans ce pareil cas, est un sujet inépuisable lorsqu’on n’en a pas d’autres à traiter. On s’informe de son âge, […] on admire sa beauté; on le trouve grand ou petit pour son âge; on lui fait des questions auxquelles sa mère répond pour lui […]. »

« On peut jouir du mal qu’on m’a fait tant qu’on voudra, sans l’augmenter ni l’affaiblir. Je n’ai plus aucun sentiment de fierté; je n’ai, je ne puis avoir que celui de mon malheur. »

« Elinor, […] qui devait avoir l’air de ne rien savoir, avait un rôle bien plus difficile. Mais autant pour lui que pour elle, elle désirait si vivement avoir un maintien naturel que, passé le premier moment, elle put le saluer d’une manière aisée et presque comme à l’ordinaire. »

Lu dans le cadre du Challenge classique.

http://www.milleetunefrasques.fr/challenge-classiques-2014-la-page/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s