1 an !

https://i0.wp.com/www.ludibulle.com/9074-thickbox_default/livre-poche-monsieur-madame-mme-anniversaire.jpg

Bonjour à tous,

Hey hey hey ! Non, je ne vous donne pas mon avis sur le dernier « Monsieur Madame »  de chez Hachette Jeunesse !

Le blog fête aujourd’hui ses 1 an ! Le temps passe apparemment vite !

Un rythme de croisière pour la lecture qui devient plus régulier; il s’écoule un temps plutôt minime de « passation » entre 2 livres.  Un budget bouquin se dessine également. Je fais plus attention aux sorties littéraires, je tente de découvrir un peu plus de genre / d’auteur / de style.

Mes goûts se découvrent et s’affinent, je sais mieux maintenant repérer un livre qui pourrait ou pas me plaire (quoique), je peux affirmer aimer plutôt tel genre par rapport à tel autre, et je prends plaisir à lire d’autres livres du même auteur quand celui-ci m’a plu.

Si j’ai bien tenu ma « salle d’attente » à jour, j’ai dû lire cette année 18 bouquins. Soit 1,5 par mois. Un passe-temps bien agréable !

La sobriété heureuse ou à toi de jouer !

Deux alternatives dans ce titre pour résumer en quelques mots ma lecture !

guerison du monde - FL

Bonjour à tous,

L’été touchant à sa fin, voici une lecture qui sonne tout à fait « rentrée ». J’ai voulu lire ce livre document, au titre évocateur, en juillet-août, comme une rebelle des lectures faciles et ensoleillées idéales pour la plage. J’ai donc mis – un peu plus – que deux heures pour le lire…

L’auteur, Frédéric Lenoir, est philosophe et sociologue. Il est aussi chercheur associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et producteur de l’émission Les racines du ciel sur France Culture. Il a un certain nombre d’essais à son actif.

C’est la première fois que je m’attaque à ce genre d’ouvrage. La jolie couverture (eh oui ça peut jouer !) m’a d’abord attiré et le thème abordé m’a plu. L’auteur nous livre ses réflexions sur les maux de notre société, et des pistes pour y remédier.

Le livre est très structuré et bâti en parties, chapitres, etc. Il commence par poser le décor. Pour comprendre pourquoi nous en sommes là aujourd’hui, une première partie de plusieurs chapitres nous décrit par exemple la fin de la ruralité, l’ère de la vitesse, la globalisation de l’information, la mondialisation économique… Ce tour d’horizon m’a paru très intéressant.

Ensuite, il faut quand même avoir une base de connaissance si ce n’est quelques avis, pour pouvoir suivre du début jusqu’à la fin, pour soupeser les propos mais aussi pour prendre du recul sur la lecture. Un discours qui ne se voile pas la face, qui m’a semblé en phase avec les besoins réels, à tendance écologique et philosophique, quoique peut-être semblable à un enseignement de sciences politiques, ce qui pourra déplaire à certains.

Le ton magistral et les longueurs descriptives sur de vastes sujets ont fini par me refroidir. Je retiens quand même les tas de bonnes idées réalistes et « concrétisables »,  j’étais d’accord sur un certain nombre de points évoqués. La fin du livre et sa conclusion m’ont, il faut le dire, quelque peu libérée, mais sur une fin heureuse si on peut dire ! « A toi de jouer », c’est un peu comme ça que j’ai perçu le message de l’auteur.

Je le conseille donc à ceux qui ont envie de s’interroger avant de consommer, dont ce n’est pas leur premier essai sur ce sujet et qui n’ont rien contre une dose de discours d’apprentissage.

Quelques citations:

« Rosa a ainsi calculé qu’un homme de trente-cinq ans a déjà vécu trois fois la vie de son grand-père (il a en moyenne changé trois fois de compagne, de poste de travail, de domicile…) » (Partie 1, chapitre 2)

 » […] nous nous bornons à percevoir que quelque chose se modifie, la plupart d’entre nous avec inquiétude, une minorité avec exaltation. (Partie 1, chapitre 4)

« S’il veut être en paix avec lui-même, un musicien doit faire de la musique, un peintre faire de la peinture, un poète écrire » (A. Maslow, Partie 2, chapitre 1)

Et une petite dernière pour la route:

« C’est précisément parce que la modernité a mis l’individu au centre du dispositif que le monde ne pourra changer que lorsque les individus eux-mêmes changeront » (Partie 2, chapitre 4)

Et vous, avez-vous lu ce livre ? D’autre(s) du même auteur ? Que pensez-vous de ces citations ?

On relooke le lapin

Bonjour à tous,

Vous l’avez forcément déjà vu si vous avez déjà pris le métro parisien, cet autocollant placé sur les portes à destination des enfants, avec un message préventif accompagné d’une illustration de lapin. Il est présent depuis 1977 sur toutes les lignes.

https://i1.wp.com/www.lefigaro.fr/medias/2014/05/27/PHOa5d4248a-e5ac-11e3-ae3c-7148bd7d6ceb-805x453.jpg

Le lapin « dégage à la fois de la fragilité et de la douceur, … et court partout sans faire attention ». Depuis le 28 mai, c’est un nouveau lapin qui se coince les doigts dans la porte du métro ! L’ensemble jaune a été troqué contre un jean et un t-shirt, un peu plus moderne dans l’idée.

Il n’est pas question de faire débat sur la priorité des choses à régler à la RATP ni de commenter le juste prix de ce nouveau visuel, mais plutôt de s’intéresser -juste- à cette nouvelle illustration.

Son prénom lui vient de son dessinateur, « Serge ». Fort de cette nouvelle identité, il en profite pour investir les réseaux sociaux, avec un concours sur la page Facebook RATP, un webdoc sur la chaine Youtube. Et pour finir, Serge ouvre également son compte Twitter.

Pour ma part, en ce qui concerne le dessin, Serge a enlevé son pyjama pour s’habiller, les couleurs sont harmonieuses, mais le message est moins percutant qu’avec un fond rouge. Je trouve aussi que c’est une bonne idée d’avoir créer un lien plus fort autour de l’animal en le mettant sur les réseaux sociaux actuels.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Le making of de la création de Serge:

« LiberTé, simpliciTé et sécuriTé »

http://www.culturemobile.net/point-expert/attendant-livre-numerique

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, détournement par Mike Licht, NotionsCapital.com

 

Liberté, simplicité et sécurité, trois mots qui synthétiseraient les valeurs inhérentes aux 3 « T » du concept suivant. Présenté au dernier Salon du livre de Paris, le projet MO3T (Modèle Ouvert 3 Tiers) est en marche. Depuis près de deux ans, une ribambelle d’acteurs de l’industrie du numérique et du livre ont planché sur un modèle de distribution ouvert.

Explications en image:

L’objectif par là est d’augmenter l’usage du livre numérique, sur tous les supports (liseuse, tablette, ordinateur, etc.), mais aussi, bien entendu, de proposer une alternative à Amazon ou Apple. D’autant que si en France en tout cas, le marché est encore relativement stagnant, les ventes de livres numériques aux Etats-Unis concurrencent celles du livre papier (plus d’infos ici et ici). L’interface a donc pour but de faciliter la lecture, l’achat, le prêt et l’emprunt de l’ebook, que ce soit pour le lecteur, l’éditeur et le libraire.

Le support utilisé pour la lecture doit néanmoins être « labellisé MO3T ». Ce ne sont par ailleurs plus les fichiers qui circulent, mais des droits d’accès aux fichiers, un peu comme une licence d’utilisation.

En outre, une nouvelle catégorie d’acteurs, « les gestionnaires de bibliothèque personnelle » naît dans ce projet MO3T. Son rôle est de gérer le cycle de vie du livre numérique après l’achat. « N’importe quel acteur peut devenir gestionnaire de bibliothèques personnelles s’il peut en assumer la charge, c’est-à-dire garantir au client la conservation de ses droits, l’adaptation des contenus à tous ses terminaux, un service après-vente disponible et une certaine pérennité. Dans ce sens, on peut imaginer demain que les opérateurs de télécommunication, mais également des acteurs Internet comme Google, ou peut-être même la Poste ou des banques pourraient souhaiter développer ce type d’activité », raconte Pierre Geslot (de chez Orange) dans une interview pour culturemobile.net du 11/04/2014.

Plus d’infos ici

Le saviez-vous ? Qu’en pensez-vous ? Intéressé(e) par le concept en tant que potentiel lecteur ?

Le livre homéopathique ou 1 chapitre 2 fois par jour pendant 1 mois

http://sonyglobal.scene7.com/is/image/gwtprod/88267a211096fe489b5ad7f3561309b7?fmt=png-alpha&wid=330A l’occasion de la sortie d’un nouvel appareil de lecture, Sony a réalisé avec le concours des neuroscientifiques du Mindlab International du Sussex (Royaume-Uni) une étude sur l’influence exercée par les genres de livres et la lecture numérique. (Ceci afin de démontrer les bienfaits de la lecture numérique… sur leur nouvel appareil on l’aura compris !). Il n’est pas ici question de comparaison entre lecture numérique et papier on l’aura -aussi- compris. Au delà de l’aspect « publi-information », le sujet ne foisonnant pas encore d’études sérieuses; il est toujours intéressant de regarder de plus près les résultats plutôt étonnants qu’il en découle.

Celle-ci a été menée sur 40 individus (seulement) fin 2013. Le groupe est composé de 14 femmes et 23 hommes. Ils ont été sélectionnés sur la base de leur engouement pour la lecture (pas des lecteurs du dimanche donc). Ils ont été soumis à la lecture de quatre genres littéraires différents: thriller, romance, humour et polar. Ont alors été étudiés leurs niveaux de détente et d’attention, mais également l’implication émotionnelle dans la lecture et la vitesse à laquelle ils avalaient les pages.

https://i0.wp.com/thumbs.dreamstime.com/z/tasse-de-th%C3%A9-sur-la-vieille-table-en-bois-avec-des-fleurs-de-camomille-33073998.jpgLes résultats:

Le thriller serait le plus enclin à stimuler attention, concentration et vivacité d’esprit, alors que les romans, dans l’ensemble, inclinent à la détente (parmi les autres genres littéraires, humour, romantisme et horreur).

Six minutes de lecture dans le silence réduirait le stress de 60%. La capacité d’apaisement est considérée comme 68% plus grande que celle de la musique, deux fois supérieure à celle d’une tasse de thé (British of course !) et trois fois plus efficace qu’une promenade à pieds. Pour diminuer le stress, le roman d’amour a été le plus efficace (pour 40 % des lecteurs). En revanche, les livres d’humour, qui nécessitent moins d’attention, entraînent une implication émotionnelle de 50 % inférieure aux thrillers et romances. En somme, avant de se mettre à travailler,  il faudrait lire un polar pour améliorer son efficacité, et pour se détendre pleinement, un livre drôle.

 « Même si nous savons tous que la lecture est un passe-temps relaxant, les résultats de cette étude montrent comment notre cerveau réagit et répond véritablement aux différents genres. La lecture peut nous aider à gérer des situations stressantes et nous prépare même à les affronter mentalement », commente le docteur David Lewis de Mindlab.

Enfin, dans le lien entre émotion et vitesse de lecture, la corrélation est faite : plus on s’ennuie, moins on avance dans le livre (là beaucoup pourront certainement cautionner). En réalité, l’étude montrerait que plus l’émotion ressentie est forte, plus la vitesse de lecture augmente. Avec cette nuance : quand les séquences de lecture sont sombres et intenses, ainsi qu’on en trouve dans les thrillers et les livres d’horreur, alors, le lecteur ralentit.

Voilà, maintenant vous saurez quoi faire pour vous booster ou vous relaxer !

D’après actualitte.com

Plus d’infos à propos de l’étude sur le site de Sony ici (en anglais)

Thalys et la lecture numérique

https://i2.wp.com/i1.ytimg.com/vi/2un43rRCtT8/maxresdefault.jpgThalys innove et tente une expérience intéressante auprès de voyageurs Platinium et Platinium+. Jusqu’en juin 2014, le réseau ferroviaire propose aux voyageurs qui empruntent souvent ces trains, une cinquantaine de titres en plusieurs langues (français, en flamand, en anglais, en allemand et en néerlandais).

Des quotidiens et des magazines comme Libération, Le Figaro, Elle, GQ etc constituent une partie du catalogue proposé. De plus, plusieurs BD numériques comme Largo Winch ou Blake et Mortimer sont en consultation gratuite. Ce service, permet de choisir l’un des titres au choix. Il est en plus disponible sur un large choix de support (iPad, tablette Androïd et portables PC et Mac).

Pour y accéder il suffit de télécharger l’application « ePress&More ». Le contenu est accessible au delà du trajet seul. Si les titres de presse sont offerts pour une durée illimitée ; les bandes dessinées sont en lecture pendant 30 jours. Le voyageur a accès au catalogue dès minuit et une minute le jour du voyage. Il est invité à télécharger son titre préféré avant ou après son trajet.

Favoriser la lecture numérique de contenu pouvant être lu en entier en l’espace d’un trajet (contrairement à un bon pavé n’est ce pas); une bonne idée pour récompenser les voyageurs réguliers, qui doivent, au moins pour certains, être déjà familiers avec les tablettes et/ou liseuses. Dommage peut-être pour le reste de la littérature ? (ou les non « Platinium », au choix).

Pour télécharger l’application iPad App Store Apple IDBOOX ou Android sur Google Play.

D’après idboox.com

De la solidarité pour les livres et les auteurs aussi

pubslush-is-like-kickstarter-for-authors-166a57fa4fDes projets de domaines variés voient le jour grâce au crowfunding (financement participatif). Comme Ulule ou Kickstarter, une nouvelle plateforme, Pubslush, vient d’être créée. Cette dernière est dédiée aux auteurs qui souhaitent être aidés par exemple pour la publication ou  la promotion d’un livre -qu’il soit papier ou numérique.

Ici aussi, le projet est donc présenté, et il est possible d’en montrer quelques pages. La somme dont l’écrivain a besoin est affichée. Ce dernier peut proposer une « récompense » aux généreux donateurs.

Pubslush propose également des programmes pour aider la littérature à entrer dans les chaumières. Pour cela, chacun peut devenir un Ambassadeur (Campus Ambassador pour les étudiants et le Professional Ambassador).

Pour chaque livre publié et vendu grâce à cette plateforme, un livre sera offert à des associations caritatives oeuvrant pour la lecture et l’apprentissage des enfants défavorisés (produit-partage).

Plus d’infos ici